Pape Abdoulaye Seck, au SIA : « Il faut Inventer un futur agricole pour nous nourrir sur une base endogène »

L’Afrique doit cesser d’être le seul continent importateur net de produits agricoles et se développer grâce à son agriculture, a soutenu, à Paris, le ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural, Dr Pape Abdoulaye Seck, à l’occasion de la journée du Sénégal dans le cadre du Salon International de l’Agriculture.

Le ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural a lancé cet appel lors de la journée du Sénégal, à la 54-e édition du SIA, qui s’est tenu du 25 février-5 mars) axée sur le thème : "Agriculture : une opportunité pour l’Afrique, une priorité pour le Sénégal".

Le Dr Pape Abdoulaye Seck a exhorté à "inventer un futur agricole pour nous nourrir sur une base endogène". "Nous devons aller au-delà des questions théoriques et être concrets", a-t-il dit devant des directeurs généraux, des chefs de projet, des partenaires français et des Sénégalais de la diaspora.

Saluant la "vision du chef de l’Etat qui a engagé le Sénégal dans un pari difficile mais excitant en harmonie avec les enjeux actuels et futurs du développement économique", il a revisité en partie les mesures "concrètes" prises par le gouvernement pour changer la physionomie de l’agriculture sénégalaise et leur impact réel et potentiel.

Il a partagé avec son auditoire les efforts accomplis par l’Etat pour rendre disponibles et accessibles des facteurs de production de qualité pour doper la productivité. Il s’est agi, a-t-dit, de subventionner l’engrais à hauteur de 55%, les semences à 41%, les matériels agricole attelés (70%) et les produits phytosanitaires à 100%.

Selon le Dr Pape Abdoulaye Seck : "L’agriculture qui est en mouvement accéléré, doit l’être davantage avec la contribution des Sénégalais de la diaspora. Cela permettra à terme au Sénégal de nourrir le Sénégal et d’être présent dans tous les marchés mondiaux pour jouer sa partition dans la politique de sécurité alimentaire et nutritionnelle de l’humanité".