SERIGNE MBOUP SUR LA PARTICIPATION DU SENEGAL AU SIA « Nous n’avons plus de complèxe face à d’autres pays »

Saluant la teneur de la 55ème édition du Salon international de l’agriculture de Paris auquel la délégation officiel sénégalaise prend part pour la 17ème fois cette année, le président de l’Union nationale des chambres de commerce, d’industrie et d’agriculture du Sénégal, Serigne MBOUP, s’est réjoui des opportunités que cette rencontre majeure offre à notre pays.

Félicitant le ministère de l’Agriculture et l’Unccias qui sont les fers de lance de la participation sénégalaise, sans manquer de tirer son chapeau au Conseil sénégalais des chargeurs et aux organisations professionnelles présentes sur place. « Je suis vraiment satisfait, j’ai vu qu’on est en train de faire de mieux en mieux à chaque édition. Avant à côté du Sénégal on n’était pas à l’aise mais désormais on fait meilleure figure car nous avons optimisé notre participation en apportant des améliorations majeures » assure Serigne Mboup.

Mettant en relief la nécessité d’encourager la performance chez les participants, il assure que, comme l’an dernier, un prix du meilleur exposant sera décerné et envisage d’aller plus loin dans une dynamique d’émulation constructive.

« Les exportateurs sénégalais face au défi de l’emballage »
« On envisage en effet de primer les meilleurs sponsors et les meilleurs partenaires pour mettre les structures étatiques, les entreprises pour ce qui a trait à la manière d’appuyer certaines initiatives. On a constaté qu’ils ont fait le nécessaire certes, mais on doit accompagner les acteurs pour les emballages.

Quelle que soit la qualité des produits que l’on a, si on n’a pas un bon emballage on ne peut pas le commercialiser sur certains marchés, notamment en Europe où ils sont très regardants à ce niveau.

Le président du Cosec est là est il est en phase avec nous sur la nécessité d’organiser une rencontre avec les structures d’appui, le Cosec, l’Asepex, les banques aussi pour voir comment créer un cadre d’accompagnement des Petites et moyennes entreprises pour qu’elles puissent bien emballer les produits afin qu’ils soient compétitifs et commercialisés ici à des prix réduits. Il faut comprendre que nos produits arrivent actuellement en avion, il faudrait que l’année prochaine on essaie de les faire venir en bateau afin qu’il ne s’agisse pas uniquement d’exposition mais plutôt de vente de produits compétitifs » assure le président de l’Union nationale des chambres de commerce, d’industrie et d’agriculture du Sénégal.